Pas de plan sans les femmes!
Les réalités des lesbiennes immigrantes

Pour un accès aux sports et loisirs inclusif pour toutes les Montréalaises

Le 6 septembre, le Conseil des Montréalaises lançait un avis sur l'accessibilité de l'offre municipale en sports et loisirs. Cette étude illustrée par les exemples de cinq arrondissements - LaSalle, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Saint-Laurent et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension - a porté particulièrement sur l'offre de services disponible pour les mères avec de jeunes enfants et les aînées.

Des infrastructures en sports et loisirs suffisantes, adéquates et accessibles permettent à celles qui les fréquentent d'en tirer un bénéfice certain pour leur santé physique, mentale et sociale. « La pratique d'activités sportives appropriées et régulières est un facteur d'intégration sociale puissant mais sous-estimé. Cela permet de briser l'isolement et de tisser des liens sociaux favorables à l'épanouissement et au renforcement du sentiment d'appartenance à son milieu de vie », d'affirmer Manon Barbe, mairesse de l'arrondissement de LaSalle et responsable des sports et loisirs au comité exécutif de la Ville de Montréal.

L'analyse de l'offre municipale et la consultation de femmes utilisatrices et non utilisatrices des services ont permis de dégager des facteurs susceptibles de favoriser la pratique des sports et loisirs par les mères de jeunes enfants et les aînées. Une desserte locale de transport en commun efficiente, des tarifs abordables pour les familles, des activités intergénérationnelles, des activités simultanées pour les parents et les enfants, des aménagements conformes à la politique municipale d'accessibilité universelle et une programmation permettant une meilleure conciliation famille-travail-loisir sont quelques-uns des exemples facilitant l'accès aux sports et loisirs.

Selon Ginette Drouin, vice-présidente du Conseil des Montréalaise, le niveau de satisfaction des femmes est assez grand lorsqu'elles utilisent les services offerts. Cependant, cette étude met en lumière la nécessité d'aller chercher les besoins particuliers de certains groupes de femmes pour mieux y répondre. Cela nécessite l'utilisation d'outils de gestion comme l'analyse différenciée selon les sexes et une adaptation de l'offre de services.

Près de 30 recommandations concrètes ont été déposées lors de la séance du conseil municipal du 22 août. Le Conseil des Montréalaises souhaite que la ville-centre et les arrondissements en tiennent compte dans leur planification et leurs programmes.

Source : Conseil des Montréalaises, 06.09.2012