Le slam de la Marche mondiale des femmes 2015
Émouvante clôture de la Marche mondiale des femmes 2015

L’impact des hospitalisations en psychiatrie sur la vie des femmes

Le 15 octobre 2015, Action Autonomie et la Table des groupes de femmes de Montréal présentaient les résultats d’une recherche concernant l’impact des hospitalisations en psychiatrie sur la vie des femmes. Cette recherche « a permis de réaliser un portrait de l’expérience des femmes en psychiatrie, ce qui, jusqu’à ce jour, est peu traité du point de vue de la recherche. Le choix méthodologique de la recherche fut particulièrement intéressant parce qu’elle a permis aux femmes d’avoir une voix afin d’exprimer leurs points de vue sur ce qu’elles trouvent dérangeant, inacceptable, voire dangereux dans le système de soins psychiatrique. (...)

Les histoires dévoilées dans le cadre de cette recherche font état de plusieurs situations reconnues comme étant violentes, abusives, non respectueuses et non adaptées à la condition des femmes. De fait, les femmes perçoivent que, par leur seule condition de femmes, elles sont déjà étiquetées et problématisées. Si elles postulent également que les femmes devraient être traitées avec plus de sensibilité, de respect et de prise en compte, elles croient que cela ne pourra se faire sans l’obtention et l’atteinte d’une équité entre les hommes et les femmes dans la société en général. De manière concrète, nous avons illustré que les femmes se sentent rabaissées, mal comprises et que certaines perçoivent recevoir des traitements différenciés entre les hommes et les femmes.

En définitive, le présent rapport visait à établir un premier portrait des expériences des femmes en psychiatrie et plus particulièrement des besoins des femmes, de leurs expériences et des conséquences liées à la psychiatrisation. Cette recherche comporte des limites, mais elle ouvre des pistes et permet de poser des questions intéressantes à approfondir ultérieurement.

Enfin, les résultats de cette recherche tendent à démontrer que des lacunes importantes existent dans les pratiques de soins en psychiatrie envers les femmes, et que les discriminations véhiculées dans ces milieux, ainsi que l’oppression subie, sont des reflets des inégalités dans la société à l’égard des femmes ayant des problèmes de santé mentale. »