L’itinérance des femmes en progression
20 ans de résistance au RIOCM!

Semaine québécoise des personnes handicapées : nous ne pouvons célébrer l’inacceptable!

Terrasse inaccessibleÀ l’occasion du début de la Semaine québécoise des personnes handicapées, le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) attirait l’attention sur la discrimination fondée sur le handicap encore profondément méconnue. Malgré les allures de célébration et d’optimisme de cette semaine, les personnes handicapées ne peuvent se réjouir de voir leurs droits et libertés quotidiennement bafouées.

Afin de lancer cette semaine dans l’optique d’un Québec sans discrimination fondée sur le handicap, l’accès à des centaines de lieux dans le centre-ville de Montréal a été bloqué pendant quelques heures afin de donner un aperçu de ce que peut signifier l’inaccessibilité architecturale pour les personnes handicapées. Des obstacles aussi évidents que des marches restent bien en place année après année avec une inquiétante indifférence. De nouveaux obstacles sont même encore créés aujourd’hui et sont socialement acceptés. C’est pourquoi nous débutons cette semaine avec une fermeture symbolique de centaines de lieux ouverts au public. Vous pouvez voir plusieurs photos de ces fermetures sur Flickr.

Il ne s’agit que de la pointe d’un énorme iceberg. Les obstacles rencontrés par les personnes handicapées vont au-delà des marches et sont imbriqués dans un système de multiples oppressions.

Si la majorité des Québécois-es semblent ne pas avoir encore réalisé qu’une simple marche a comme effet d’exclure de nombreuses personnes handicapées, que sommes-nous censés célébrer durant cette Semaine québécoise des personnes handicapées? Sommes-nous prêts pour de telles célébrations? La vague de néolibéralisme et d’austérité qui frappe le Québec en ce moment écorche de plein fouet les personnes handicapées, pour qui la Révolution tranquille fut trop tranquille…

Chaque jour de la semaine, nous publions un communiqué sur un sujet critique relatif à la discrimination vécue par les personnes handicapées au sein de la société québécoise. « Nous ne pouvons passer sous silence ces atteintes à nos droits fondamentaux alors que l’Office des personnes handicapées du Québec et ses partenaires organisent des partys », déclare Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ. « Il est temps de lever le voile sur cette discrimination pernicieuse et de signifier haut et fort l’indignation des personnes handicapées. »

Source : RAPLIQ, 04.06.2012