On vit ici, on grandit ici, on va à l'école ici!
Des nouvelles de C.O.R.P.S. des femmes, le projet de traduction et d’adaptation de l’ouvrage Our Bodies, Ourselves

Des coupures carrément indécentes au programme À égalité pour décider

Pour le Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec, les coupures annoncées au programme À égalité pour décider dans le budget du gouvernement Couillard sont indécentes.

Le programme À égalité pour décider vise à soutenir financièrement les organismes qui, partout au Québec, font la promotion de la place des femmes en politique et tendent à favoriser leur participation citoyenne. Depuis sa création, il y a plus de 10 ans déjà, il a contribué à augmenter la présence des femmes en politique tant aux niveaux municipal que provincial, à en inciter plus d’une à faire le saut en politique et à surmonter divers obstacles pour y demeurer. Le programme dispose d’un budget annuel d'un million. Dans son dernier budget, le gouvernement prévoit le réduire à 500 000 $, soit une coupure de 50%.

Suite à des élections générales québécoises où aucun des partis n’a atteint la parité de candidatures entre les femmes et les hommes à l’exception de Québec solidaire, où les femmes ne sont que 34 à l’Assemblée nationale, ce qui constitue à peine 27% de l’ensemble des élu-es, un recul de 5% par rapport aux dernières élections, quel message le gouvernement veut-il transmettre? Dans un contexte où, dans le monde municipal, on compte à peine 17% de mairesses et 32% de conseillères, que doit-on comprendre de l’importance que le gouvernement libéral accorde à la parité de représentation des femmes et des hommes dans les conseils municipaux?

La ministre responsable de la Condition féminine a justifié cette décision en disant que la sensibilisation se ferait à travers l’ensemble de l’œuvre de son ministère. Le Réseau tient à rappeler que ce sont les Tables régionales qui sont les mieux placées pour faire cette sensibilisation auprès des actrices et acteurs régionaux, des futures candidates et des élues avec qui elles sont en contact régulier et auprès de qui elles font ce travail depuis plusieurs années déjà. Selon Blanche Paradis, la coordonnatrice du Réseau, « Sabrer de moitié dans le programme, c’est nuire à ce travail essentiel et mettre en péril des avancées fragiles ».

En fait, ce gouvernement envoie comme message qu’il se soucie peu de la présence des femmes à l’Assemblée nationale et dans le monde municipal et que son programme d’austérité économique s’applique sans discernement. « Je crois que le gouvernement Couillard fait la démonstration que, dans cette période préoccupante pour le Québec, il compte se passer de la contribution essentielle des femmes à la vie politique », de préciser Joanne Blais, la présidente du Réseau.

Le Réseau des Tables lance un appel à tous les élus préoccupés de l’égalité pour les femmes de tout faire pour ramener le gouvernement à de plus justes dispositions à l’égard de la place des femmes en politique et dans les lieux de pouvoir. C’est une question élémentaire de démocratie.

Source : Réseau des Tables régionales de groupes de femmes, 16.06.2014