30 ans plus tard, croyez-nous aussi!
Tricoter l’histoire des femmes

Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe

Au Canada, une femme sur cinq vit avec un handicap. Pourtant leurs expériences et perspectives demeurent invisibilisées dans le champ de la recherche féministe francophone où la quasi-absence d’analyse sur les oppressions fondées sur le handicap et le concept de capacitisme est criante. Dans un contexte où 45% des victimes de crimes violents autodéclarés au Canada sont des femmes en situation de handicap et que ces dernières continuent d’expérimenter d’importantes contraintes dans tous les aspects de leur vie, il devient urgent d’inscrire cette problématique au sein des recherches féministes francophones.

Organisé par le RéQEF en collaboration avec RAFH Canada, le colloque « Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe », qui avait lieu le 26 avril 2019, proposait de réfléchir aux enjeux relatifs aux femmes en situation de handicap et Sourdes dans une perspective féministe et intersectionnelle. Des vidéos du colloque viennent d'être mises en ligne par le RéQEF :


Panel 1 : Femmes, féminismes et capacitisme


Maude Massicotte (militante, porte-parole et directrice de DéfPhys sans limite) : Un pas à la fois pour une société inclusive.



Dominique Masson (professeure en études féministes, Université d’Ottawa) : Intersectionnalité et capacitisme : enjeux pour la recherche féministe.



Sonia Alimi (doctorante en sociologie à l’UQAM, coordonnatrice de recherche du RAFH Canada et membre du RéQEF) : Le capacitisme à l’intersection du sexisme, racisme et colonialisme.


Panel 2 : Enjeux de violences


Isabelle Boisvert (doctorante en psychologie à l’UQAM) : Les agressions sexuelles et les violences obstétricales subies par les femmes en situation de handicap : deux violences trop longtemps occultées.



Rose-Anne Gosselin (membre de la Première Nation algonquine de Timiskaming et conseillère régionale pour la CDRHPNQ) : L’impact de la violence sur la santé mentale des femmes autochtones.



Karine-Myrgianie Jean-François (gestionnaire principale de projets du RAFH Canada) : Capacitisme : l’oubliée de l’intersectionnalité.


Panel 3 : Stratégies et luttes pour l’accessibilité


Linda Gauthier (co-fondatrice et présidente du RAPLIQ et parmi les lauréat.es du prix Hommage – 40 ans de la Charte des droits et libertés de la personne : Profession activiste.



Véronique Leduc (professeure de communications à l’UQAM) : Déconstruire l’audisme et le capacitisme.


Page reliée : L’inclusion des femmes et des filles en situation de handicap et sourdes dans les recherches universitaires, AMI-télé, 13.06.2019