Femmes et logement social - Suivi de notre lettre ouverte

Règlement pour une métropole mixte

L’an dernier, la Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM) déposait un mémoire en faveur du règlement pour une métropole mixte qui visait à mettre de l’avant les réalités vécues par les groupes de femmes. Plusieurs des recommandations de la TGFM ont été prises en considération dans le rapport de l’Office de consultation publique de Montréal et ont influencé la nouvelle version du règlement.

Nous sommes heureuses de savoir que la Ville va de l’avant avec ce règlement et résiste aux pressions des promoteurs immobiliers voulant freiner son adoption. Nous tenons à souligner le retrait du minimum de 30 unités pour le développement de logements sociaux afin que les projets soient évalués au cas par cas. Cet aspect est important pour les groupes de femmes qui souvent privilégient des projets de petite taille, notamment pour des raisons de sécurité et de convivialité. De plus, le nouveau règlement prévoit des indexations annuelles de 5% (au lieu de 2%) pour les contributions financières ou contreparties en terrains cédés. Cela aidera à soutenir le développement de logements sociaux.

Enfin, nous saluons que la Ville se soit dotée d’une définition plus claire du logement abordable, mais surtout d’un mécanisme pour assurer le contrôle du prix de ces unités abordables (selon le marché) et ainsi prévenir la spéculation immobilière sur une période de 30 ans. Nous déplorons toutefois que la Ville repousse la mise en application du règlement à avril 2021 et qu'elle n’ait pas rehaussé les cibles pour le logement social afin de réellement pouvoir contrer la pénurie de logements locatifs abordables pour les ménages à faible revenu.

Nous tenons enfin à rappeler que ce règlement n’est pas une panacée. D’autres changements doivent être entrepris pour améliorer les conditions d’habitation des Montréalaises. Selon la TGFM, l’accès au programme de subvention au loyer doit être élargi aux personnes sans statut, la Ville doit aussi se doter de cibles ambitieuses de logements sociaux dédiés aux femmes, tandis que le programme AccèsLogis Montréal doit mieux répondre aux groupes de femmes et qu'il est crucial d’assurer un rehaussement du financement pour le soutien communautaire en logement social.